Cinq personnes ont été placées sous mandat d'arrêt et inculpées pour des faits de traitement inhumain, coups et blessures avec préméditation et détention arbitraire commis le 22 août à Philippeville, indique lundi le parquet de Namur confirmant une information de Sudpresse. Leur mandat d'arrêt a été prolongé par la chambre du conseil, le 20 novembre dernier.

Il s'agit de trois femmes et deux hommes, nés entre 1989 et 1993. Selon le quotidien Sudpresse, un vol commis dans le coffre-fort d'un des auteurs serait à l'origine des faits. Soupçonnant un ami présent chez lui durant l'été d'être l'auteur des faits, il lui aurait tendu un piège, en compagnie de quatre complices. Il aurait attiré le voleur présumé chez lui. Ce dernier était accompagné de ses deux jeunes enfants. Toujours selon le quotidien, les trois femmes présentes se seraient proposées pour mettre les enfants au lit à l'heure du coucher, pendant que les hommes se dirigeaient vers l'abri de jardin. C'est là que le voleur présumé aurait été roué de coups et victime de diverses tortures, dont le waterboarding qui consiste à verser de l'eau sur un chiffon qui couvre le visage pour obstruer les voies respiratoires. La victime, ramenée dans la chambre où dormaient ses enfants, a pu prendre la fuite durant la nuit