Namur C’est assez cocasse. Mercredi matin, un policier a été appelé à témoigner devant le tribunal correctionnel de Namur pour justifier qu’il ait mené plusieurs enquêtes dans le milieu des esthéticiennes.

Cocasse, mais pas saugrenu pour autant. Plusieurs questions se posent. Un policier doit-il forcément enquêter lorsqu’il constate un délit ? Peut-il agir dans un secteur professionnel auquel appartient sa compagne ? Interagir sur Facebook constitue-t-il une preuve de culpabilité ?