Depuis le 14 septembre, l’UNamur est en code jaune. C’est sous ce protocole que la rentrée académique a eu lieu. Ce code jaune signifie un présentiel limité à 75 % du nombre maximum d’étudiants admis sur le site. Des variantes sont néanmoins d’applications d’une faculté à l’autre tandis que le présentiel est total pour les travaux pratiques qui se font avec masque et visière. Pour les cours à forte fréquentation, des duplex sont par ailleurs organisés.

Ce code jaune signifie également que le port du masque est obligatoire sur tout le campus et pour tout le monde. Des distributeurs de gel sont disposés dans tous les bâtiments et des sens de circulation sont instaurés. Le nettoyage des salles de cours, des auditoires, des laboratoires, bureaux et espaces communs est renforcé. Chaque étudiant, comme les membres du personnel, a reçu un "Covid Pack" contenant un masque, une solution désinfectante ainsi que des lingettes réutilisables.

Ce code jaune va néanmoins évoluer. Une réunion entre les recteurs de différentes universités et la ministre de l’enseignement supérieur Valérie Glatigny a eu lieu ce jeudi. "Depuis le mois de mars, on se prépare à différents scénarii", explique Noëlle Joris, responsable presse à l’UNamur. L’un d’eux est de passer en code couleur orange. Ce qui sera le cas dès ce lundi 19 octobre, y compris pour les hautes écoles de la Province de Namur. "Grosso modo, le code couleur orange signifie qu’on passerait de 75 % à 20 % de présentiel avec des cours en présentiel et en vidéoconférence." Une exception sera toutefois d’application pour les étudiants de 1er Bachelier qui resteront en code jaune. Les cours et travaux pratiques de mêmes que les laboratoires resteront eux aussi le plus possible en mode présentiel.

S.M