Namur L’événement fut un flop. Ils accusent leur associé de détournement

Le 23 juin 2013, Johnny Hallyday se produisait à la citadelle de Namur. Entre des problèmes d’organisation, des préventes qui ne partaient pas et des conditions météos horribles, il fut une catastrophe. Certains y ont perdu leurs billes : un des co-organisateurs est accusé par ceux avec qui il s’était associé d’avoir détourné 200.000 €. Il s’est expliqué hier devant le tribunal et le parquet tracera un réquisitoire d’acquittement le 5 juin prochain. Les coulisses de ce concert sont surprenantes.

"Les premiers contacts concernant ce concert remontent à février 2013", explique le principal organisateur, montré du doigt par ses ex-partenaires. "La convention de co-organisation me liant à ces deux hommes était claire : les pertes ou bénéfices devaient être partagés en deux entre eux et moi. Je venais avec mon expertise et ils mettaient chacun 100.000€ sur la table. Ils étaient co-titulaires du compte lié à l’événement. Nous avons versé la moitié de la somme du cachet à l’artiste, comme prévu."

La suite s’est révélée plus compliquée. "On a vécu l’enfer. TF1 a commencé par diffuser un concert de l’artiste quelques jours avant sa date chez nous. Le jour même, j’ai dit au bourgmestre de Namur que nous allions annuler. Il nous a manqué énormément de spectateurs, l’incertitude était telle que Johnny n’a pris l’avion que vers 16 h ce jour-là. Durant la journée, il a plu sur la scène, il y avait de la grêle. Ce fut un flop. Mais organiser des concerts, ce n’est pas une science exacte et pas forcément un bon placement. Financièrement, ce fut la catastrophe. Ils m’avaient promis des sponsors qui ne sont jamais arrivés. La somme qu’ils mettaient n’était pas un prêt et c’était très clair. Je l’affirme : je n’ai jamais détourné un seul franc."

Durant l’audience, l’organisateur expliquera notamment la difficulté qu’il a eue à souscrire une assurance annulation pour ce concert. "Cela m’était refusé partout. Je me suis finalement tourné vers la France et le Portugal, le montant de celle-ci s’élevait à 63.000 €, Johnny ayant son âge et l’état de santé qu’on lui connaissait, déjà à cette époque." En fin d’audience, la présidente Manuela Cadelli évoque le fait qu’un de ses greffiers était dingue de Johnny. "Je l’étais aussi, jusqu’à ce concert", rétorque le prévenu.