La famille devait faire face à une grande précarité.

Une famille de la région de Jemeppe-sur-Sambre, un couple, leur fils et la compagne de celui-ci, devait répondre le 10 février dernier devant le tribunal correctionnel de Namur de diverses infractions au code wallon sur le bien-être animal. Leur habitation accueillait une dizaine de chats en piteux état. Les chiens, eux, pataugeaient dans leurs excréments et étaient enfermés en permanence dans la maison tandis qu'un autre chien était enfermé dans un box sombre. Deux poules, un coq et des canards dans un état tout aussi affligeant.

Lors de l'audience, Sophie, la belle-fille, a expliqué qu’elle était uniquement propriétaire de son chihuahua et qu’elle s’en occupait bien. Marc, son compagnon, a reconnu avoir négligé ses deux chihuahuas et son american staff. "Les conditions dans lesquelles vivaient les animaux étaient désastreuses. L’ensemble du logement était dans un état catastrophique : le terrain comme l’immeuble étaient un véritable dépotoir. Ma cliente occupait la maison de sa belle-famille à titre précaire. Elle avait une pièce et dépliait une table lorsqu’elle voulait manger. Elle a cependant toujours bien pris soin de Joy, son chihuahua mâle. Pour le reste, elle n’avait rien à dire, elle n’était pas chez elle », expliquait l'avocate de Sophie.

Ce lundi matin, le tribunal a condamné Marc à une amende de 500€ (soit 4.000€ avec les décimes additionnels) avec sursis de trois ans. Même sanction pour l'un des parents tandis que le second s'en tire avec une amende de 250€ (soit 2.000€). Sophie a quant à elle été acquittée.

Depuis lors, les animaux ont été confiés à une ASBL, à l’exception des chats, qui ont été euthanasiés.