Namur Une tentative de meurtre a eu lieu en plein centre de Namur le 23 mars dernier

Les faits se sont déroulés le 23 mars dernier vers 4h40, près de la rue des Dames Blanches à Namur. Une altercation est survenue entre plusieurs personnes et le prévenu, Mehdi, né en 1996, est rentré à son domicile pour en ressortir armé d’une machette. Il explique : "Une voiture a failli nous écraser moi et 2 amis. Tout le monde avait bu, la tension est montée. Les autres voulaient des problèmes. Un de mes amis a été frappé par 4 personnes, il était au sol et ne bougeait plus. Je suis revenu avec un couteau et j’ai frappé la victime au bras."

Mehdi est aussi accusé d’avoir utilisé l’arme pour frapper une seconde victime dans le dos. Lors de l’instruction d’audience, le prévenu a nié avoir frappé celle-ci. Il certifie ne pas avoir utilisé une machette mais un simple couteau.

Me Evrard, avocat de la victime la plus sérieusement touchée, demande 2500€ à titre provisionnel pour son client et la réalisation d’une expertise. "Mon client n’a pas eu le courage de venir à l’audience tant il est choqué. On lui a jeté un cornet de pâte et il a interpellé la personne qui a fait cela. Le prévenu a foncé directement sur mon client et lui a donné deux coups. L’un visait la tête et a été évité avec le bras gauche, qui a été touché jusqu’à l’os. Le second lui a occasionné une plaie de 15 centimètres sur le flanc gauche." Du dossier répressif, il ressort que la victime aurait pu être décapitée si elle n’avait pas évité le coup avec son bras.

Pour le parquet , le substitut Seminara réclame une peine de prison de 5 ans ferme pour tentative de meurtre à l’aide d’une machette, de coups et blessures volontaires et de port d’arme prohibée.. Pour elle, l’intention homicide était évidente. "On aurait pu se retrouver aux Assises. Le bras de la victime était presque coupé en deux, j’ai failli tourner de l’oeil en regardant les photos dans le dossier. Le coup, avec cette arme des 30 centimètres, était destiné à tuer car il visait la tête."

L’avocate du prévenu, Me Somers, demande l’acquittement au bénéfice du doute pour les coups portés dans le dos de la seconde victime. Elle demande la requalification de la tentative de meurtre en coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de plus de 4 mois et plaide une peine de probation autonome pour son client. "Il ne porte pas la violence en lui et n’est pas capable de vouloir la mort de quelqu’un. L’accumulation des événements ce soir-là a fait qu’il a perdu pied."

Jugement le 5 décembre.