François (prénom d’emprunt), était ivre le 2 septembre 2019. Quand un conducteur lui a fait prendre conscience que sa conduite n’était pas des plus adaptées, ce jour-là, à la sortie d’un rond-point à Andenne, il a disjoncté. « C’était un coup de sang. Je ne conteste pas. » François a porté des coups au conducteur qui le suivait, entraînant une incapacité de travail de 10 jours dans le chef de celui-ci. Avant de donner des coups dans son véhicule. La scène a été filmée par les caméras de surveillance. Le hic ? Le prévenu avait déjà été condamné pour des faits d’ivresse au volant et a déjà été condamné à une peine de 2 ans de prison pour des coups et blessures volontaires.

L’avocat de François, qui a été condamné par défaut à un an de prison pour les faits de septembre 2019, plaidait début avril l’indulgence du tribunal, son client n’ayant plus droit au sursis simple. Le substitut De Scheemaekere réclamait pour sa part la confirmation de cette peine, sans toutefois s’opposer à un éventuel sursis probatoire incluant une formation à la gestion de la violence et une prise en charge du problème d’alcool du prévenu.

Le tribunal a tranché ce jeudi, le prévenu est condamné à une peine d'un an de prison assortie d'un sursis probatoire et à une amende de 100 euros.