Ce mardi 15 septembre après-midi se tenait la troisième réunion de la plateforme santé mise en place par le Gouverneur dans le cadre de la crise Covid19. La situation reste sous contrôle en province de Namur au niveau de l’épidémie, estiment les membres de cette cellule.
 
Les points d’attention à l’heure actuelle sont ceux de l’organisation du testing et l'information aux écoles. Depuis début août, une plateforme santé a été mise en place par le Gouverneur de la province de Namur afin de réunir l’ensemble des acteurs de la santé dans un même cénacle et ce pour échanger sur la situation et les mesures prises pour lutter contre le virus. Font partie de cette plateforme des représentants des hôpitaux namurois, des représentants des six cercles de médecine générale, de l’Aide Médicale Urgente, de l’Inspection fédérale d’hygiène, de l’Aviq, des médecins coordinateurs des maisons de repos et de soins, de la Province et de l’Université de Namur. 
Le gouverneur indique : " Lors des réunions, la plateforme établit un avis de situation, fait état des problèmes de terrain dans les secteurs médicaux et peut conseiller le Gouverneur par rapport aux mesures préventives ou réactives prises par les autorités locales. Ce mardi, les membres de la plateforme ont indiqué que la situation était d’un point de vue médical sous contrôle en province de Namur. L'augmentation des infections constatée est conforme à ce qu'on pouvait attendre et qui avait été discuté lors de la plateforme du 27août. Les structures hospitalières en province de Namur restent loin d’être saturées et le nombre d’hospitalisations de personnes atteintes du Covid19 reste bas (4 personnes en date du 14 septembre). L'attention doit néanmoins être portée vers les centres de testing, organisés par les cercles de médecine générale, qui ont été en pénurie de matériel et / ou saturés pour certains. La stratégie globale de testing a été discutée. Il semble nécessaire de raccourcir les délais de testing et d’obtention des résultats et ce particulièrement pour les personnes symptomatiques et celles ayant eu des "contacts étroits" avec une personne malade. Il semble par ailleurs utile de réfléchir sur les critères déterminants qui doit être testé, estiment différents membres de la plateforme. La disponibilité du matériel de testing mais aussi l'organisation logistique des centres ont été abordés. Il semble que certains centres devront sans doute déménager afin de s'installer pour l'hiver. Le travail efficace des cercles et la bonne collaboration des hôpitaux ont aussi été soulignés."

Un autre point a été discuté : celui des réactions en milieu scolaire face à des enfants avec des symptômes. La cellule insiste sur la nécessité de suivre les consignes données par la Fédération Wallonie-Bruxelles et sur la nécessité d'informer encore davantage les établissements. 

Si la situation semble donc sous contrôle en province de Namur, outre les améliorations en terme d’organisation évoquées ci-dessus, il convient de rappeler que le maintien des gestes barrières et des « règles d’or » restent évidemment de mise.