Le tribunal correctionnel de Namur a prononcé jeudi des peines avec sursis et des confiscations à l'encontre de cinq prévenus accusés d'avoir mis sur pied une culture de cannabis et d'avoir été membres d'une association de malfaiteurs. Ils étaient également poursuivis pour vol d'électricité.

La prévention d’association de malfaiteurs a été déclarée établie.Le principal prévenu écope d’une peine de 4 ans de prison assortie d’un sursis de 5 ans pour ce qui excède la détention préventive et de la confiscation par équivalent de 25.000 euros. Son second est condamné à une peine de 3 ans assortie d’un sursis de 3 ans pour ce qui excède la détention préventive et à la confiscation de 12.000 euros. Le troisième écope de 2 ans de prison assortis d’un sursis de 3 ans pour ce qui excède la détention préventive et de la confiscation de 10.000 euros. 5000 euros seront confisqués au quatrième prévenu, qui est condamné à une peine de 2 ans assortie d’un sursis de 3 ans pour ce qui excède la détention préventive. Le dernier bénéficie de la suspension du prononcé de la condamnation.

La culture de cannabis, située dans une grange louée à Sorinne-la-Longue, a vu le jour en octobre 2018 et a été démantelée le 23 avril 2020. Cinq prévenus albanais, dont l'un était considéré comme le dirigeant de l'association de malfaiteurs, y ont fait pousser un millier de plants de cannabis, qui ont donné lieu à quatre récoltes. Une était inutilisable, l'autre leur a été dérobée par d'autres vendeurs de stupéfiants et deux ont été commercialisées.

Lors de l'audience qui s’est tenue à la mi-décembre, celui qui était présenté comme le chef de cette organisation criminelle a affirmé lui-même agir pour le compte d'une tierce personne, non-identifiée dans le dossier. Les prévenus ont dérobé 200.000 kW d'électricité afin d'alimenter les lampes utilisées pour la culture du cannabis.