Le parquet de Namur a requis jeudi devant le tribunal correctionnel jusqu’à 7 ans de prison à l’encontre de 4 prévenus accusés de former une association de malfaiteurs qui a mis sur pied plusieurs cultures de cannabis à Namur et Floreffe entre 2019 et 2020.

Deux cultures de cannabis, basées à Namur et à Floreffe, accueillaient respectivement 897 et 559 plants. Celles-ci ont été actives pendant un an, entre mai 2019 et mai 2020 et étaient raccordées sur le réseau électrique d’Ores illégalement. Des traces de culture ou de stockage de matériel ont été découvertes dans 2 autres bâtiments. Selon le parquet de Namur, 5 récoltes auraient vu le jour, pour un actif illicite estimé à 558.000 euros. Elles auraient été vendues dans la région anversoise durant la période infractionnelle. Lors de l'audience précédente, le principal prévenait endossait la responsabilité du chef de l'association de malfaiteurs. Sans doute sur les conseils de son avocat, il s'est ravisé ce jeudi, en expliquant qu'il gérait juste les cultures. Le" jardinier", celui qui faisait pousser le cannabis, venu spécialement d'Albanie déclarait : "Je devais toucher 6000 euros une fois le travail accompli. Je ne m'attendais pas à aller en prison car on m'avait dit que ce type de faits était juste passible d'amendes".

Le ministère public requiert une peine de 7 ans de prison pour le principal prévenu. 6 ans sont réclamés pour le second, conte lequel une peine complémentaire de 18 mois est requise pour des coups et blessures sur une personne vulnérable qui ont eu lieu à la prison de Dinant dans le cadre de sa détention préventive, le 15 juillet 2020. 4 ans et 40 mois de prison sont réclamés pour les deux derniers prévenus. Des confiscations par équivalent à hauteur de 144.000 euros sont réclamées pour chacun.

Les avocats des 4 hommes plaident respectivement des sursis probatoires, un sursis pour ce qui excède la détention préventive de 13 mois déjà subie et un acquittement.

Jugement le 15 juillet