Le 15 décembre, un homme au profil "dangereux" comparaissait devant le tribunal correctionnel de Dinant. Des faits de mœurs commis entre 2017 et 2019 lui étaient reprochés. Il détenait et diffusait des documents pédopornographiques. Ces documents ont été découverts lors d’un contrôle de police réalisé dans le cadre d’un dossier de vol. Les policiers ont consulté son téléphone et y ont trouvé un nombre important d’images à caractère sexuel.

L’homme n’est pas un inconnu de la justice. Selon le parquet de Namur, il est dans la pédopornographie depuis 2008. "Sauf lorsqu’il est sous mandat d’arrêt ou pression judiciaire", précisait le parquet. Au moment de son interpellation, le prévenu était alors sous le coup de conditions à respecter qui lui avaient été imposées dans le cadre d’une suspension probatoire du prononcé. "Déjà pour des faits de pédopornographie qui ont eu lieu entre 2008 et 2014. Privé de liberté, il a été remis en liberté sous certaines conditions qu’il n’a, une nouvelle fois, pas respectées. Il a commencé par regarder des images d’enfants habillés puis dénudés. L’âge a ensuite diminué et il a tenté de prendre contact avec une dizaine d’enfants, selon ses propres déclarations. Lorsqu’il ne trouve plus l’excitation suffisante, il doit aller plus loin."

Ce mardi, il a écopé d’une peine de cinq ans de prison avec sursis probatoire.