Journaliste à la RTBF depuis 21 ans, Rudy Hermans est aussi un Namurois pure souche amoureux de sa ville. Lorsqu’il a fait l’acquisition d’un speedboat en 2020, l’idée de faire découvrir sa ville a très vite germé dans son esprit. Cela s’est concrétisé l'an dernier avec le lancement de Namur Sans Amarres. "J’arrivais à un âge où j’avais envie d’autres choses. Je suis Namurois, attiré par l’eau et par la Meuse. Ma femme a passé son permis bateau, puis ça a été mon tour. On a ensuite trouvé ce speedboat, de la marque belge Piranha, qui en construisait entre la fin des années 1970 et 1990. Le mien date de 1985. Il appartenait à une personne âgée qui le bichonnait. Il peut accueillir 4 personnes, skipper compris", explique Rudy Hermans.

Concrètement, Rudy Hermans propose trois balades découvertes de Namur en voguant sur la Meuse et la Sambre. La première, d’une heure (100€), entre le port de plaisance de Jambes et les écluses de la Plante, des Grands Malades et de Salzinnes. La seconde, d’une heure également, se passe de l’autre côté de l’écluse de La Plante, jusqu’au château de Dave. Portion plus bucolique à la découverte des îles Vas-t’y-Frotte et de Dave et sur laquelle les amateurs de vitesse pourront en plus découvrir la puissance de son speedboat. "Quand on est à 60km/h, on rase l’eau", assure le skipper. Enfin, la dernière formule (2h30) combine les deux premières. "On n’est pas sur un bateau-mouche avec une cassette qui passe en boucle. Je ne suis pas un guide touristique qu’on a mis ici car il y avait de la place. Je me suis lancé là-dedans parce que c’est Namur. Je n’ai pas de canevas bien précis.", ajoute Rudy Hermans, qui a potassé l’histoire de sa ville pour être le plus complet possible dans ses explications données en français, anglais et néerlandais.

Au fil de l’eau, ce dernier fait découvrir les différents lieux, bâtiments, monuments et ouvrages emblématiques de Namur : le Parlement wallon, le téléphérique, le Cheval Bayard, le Pont des Ardennes, la maison de Benoît Poelvoorde, le Grognon, les villas mosanes, etc. Le tout ponctué d’explications explications et/ou anecdotes. "Le Pont du chemin de fer, par exemple, devait être bombardé par les Américains à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Lorsqu’on passe dessous, j’explique que ce bombardement allié a finalement touché le centre-ville et a fait plus de 300 morts… Pour tester la stabilité du Pont des Ardennes en 1954, 24 chars ont été dessus, etc." Le tout retranscrit, images récentes et/ou historiques parfois personnelles à l’appui, dans un livre concocté pour ses passagers. L’homme aime expliquer sa ville et la transformation qu’elle connaît depuis plusieurs années maintenant. "Il y a quinze ans, il n’y avait pas une terrasse en bord de Meuse. Mais depuis, les choses ont évolué et la ville prend enfin possession de ses deux cours d’eau."

Depuis l’an dernier, Rudy Hermans a déjà effectué plusieurs dizaines de visites, sans faire réellement de publicité autour de Namur Sans Amarres. "Dont pas mal de Namurois pur jus qui redécouvraient leur ville. J’avais un peu peur quand je me suis lancé mais je n’ai jusqu’à présent eu aucune mauvaise expérience." Sa saison 2022 devrait débuter le week-end du 7 et 8 mai. Si la météo est bonne.

Infos et réservations : https://www.facebook.com/NamurSansAmarres.