Le tribunal correctionnel de Namur a condamné, ce lundi sur opposition, un homme né en 1984 à 12 mois de prison avec sursis probatoire. Plusieurs scènes de coups sur sa compagne, qu’il a rencontrée en 2010 et avec qui il a eu 2 enfants, lui étaient reprochées à Jemeppe-sur-Sambre.

La première scène date de 2017, au domicile du couple. "Oui je l’ai frappée, mais pas exprès, elle m’a aussi donné des coups", disait le prévenu. Le 24 novembre 2018, de rage, il a brisé la vitre de la salle de bain dans laquelle sa victime s’était réfugiée. Le 21 mars 2019, il lui a porté plusieurs coups de poing au visage, entraînant une incapacité de travail de 16 jours. Une série de coups simples portés entre le 4 décembre 2015 et le 21 mars 2019 étaient aussi évoqués, tout comme des faits de harcèlement faisant suite à une séparation, entre le 21 mars 2019 et le 2 juillet de la même année.

Avec ce sursis probatoire, le prévenu devra se soumettre à des conditions comme, une formation à la gestion de la violence.