À l’initiative de Pascale, une habitante de Fernelmont, un groupe citoyen a été créé pour améliorer la sécurité routière dans la commune, après un grave accident de la route qui a tué un père de famille, laissé deux enfants orphelins et blessé gravement un autre petit garçon, leur voisin.

"La sécurité routière dans nos villes et villages est victime d’un éternel ping-pong entre les communes et les autres pouvoirs et rien n’avance assez vite", tance Pascale.

L’échevin de la Sécurité routière de Fernelmont l’a contactée, dit-elle, pour l’encourager dans ses démarches et l’assurer de son accord tacite. "Depuis, se réjouit Pascale, les choses bougent à doses homéopathiques mais elles bougent !"

Les membres du groupe ont également pris contact avec la ministre wallonne des Pouvoirs locaux Valérie Debue pour lui expliquer que l’administration des routes a rencontré la zone de police et les autorités communales en septembre dernier pour le cas précis du carrefour particulièrement accidentogène de Hemptinne et qu’à l’issue de cette rencontre et de l’analyse de la situation, il a été convenu de modifier la signalisation en place.

Mais le groupe va plus loin : il a mis en place des silhouettes qui interpellent les conducteurs imprudents. Ce sont des "lutins" accompagnés de bulles avec légendes telles que : "Levez le pied", "la vitesse tue", etc. Un artisan offre sa main-d’œuvre et fabriquera les lutins, une cagnotte citoyenne a déjà récolté l’argent nécessaire pour le bois qui doit résister aux intempéries, tandis que deux autres personnes interviennent pour les peindre. Des flyers, à l’initiative d’un autre membre du groupe, et avec l’aide exclusive des citoyens, sont déjà conçus et en passe d’être distribués. "Nous visons la prévention aux abords des écoles, homes, sorties de commerces ou d’industries, mais aussi la répression envers ce qu’on peut appeler ‘les assassins de la route’ parce que lorsque vous vous retrouvez handicapés ou orphelins d’un papa, d’une maman, d’un enfant, il est trop tard et votre vie bascule à jamais !" clame Pascale qui ajoute que la sécurité est l’affaire de tous et que trop souvent des lois compliquées entravent des actions bien nécessaires sur le terrain !