Tout a commencé avec la rencontre de deux groupes de jeunes. D’un côté, des étudiants namurois partis entrevoir la réalité de la frontière entre la France et l’Italie. Ils y ont rencontré des citoyens et associations engagés aux côtés des personnes migrantes. De l’autre, des demandeurs d’asile suivant le cours de français langue étrangère donné à l’UNamur, en vue de reprendre un cursus d’enseignement supérieur.

Accompagnés par la FUCID, l’ONG du campus namurois, et d’intervenants artistiques (Xavier Al-Charif, Luc Jaminet et Lisette Lombé), ils ont pu s’approprier les disciplines du slam, du théâtre et du détournement d’images pour aborder ensemble les questions de mouvement et de frontière. Par cette exposition, ils proposent une vision singulière, sensible et créative de la migration.
Ce projet hybride nommé “Haraka”, mouvement en arabe, est à découvrir jusqu'au vendredi 25 septembre 2020. Du lundi 21 septembre au vendredi 25 septembre 2020.De 12h30 à 14h. Au Quai 22 (rue du Séminaire 22, Namur)