Dans le cadre d'une enquête sur un trafic d’êtres humains, la Police Judiciaire Fédérale de Flandre orientale a perquisitionné aujourd'hui un centre d'accueil de migrants à Gembloux. Une bande criminelle, dont cinq membres ont été placés sous mandat d’arrêt, est soupçonnée d'avoir profité de cette initiative bien intentionnée pour y héberger des migrants en transit, avant de se livrer à leurs activités de trafic. 19 migrants en transit ont été emmenés en vue de leur identification et ils ont pu réintégrer le centre d'accueil par la suite.

Étant donné que des migrants en transit étaient régulièrement découverts sur le parking d’autoroute de Wetteren et aux abords de celui-ci, la Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Flandre orientale a ouvert une enquête sur ordre du parquet de Flandre orientale. Une première enquête a révélé qu'une bande criminelle se livrait à un trafic ciblant des migrants en transit en provenance d'Afrique de l'Est, principalement. Compte tenu de la gravité de cette problématique, le parquet de Flandre orientale a saisi le juge d'instruction de Termonde.

Dans la nuit du 9 au 10 février 2021, une action de grande envergure a été lancée en vue d’interpeller les suspects en flagrant délit. Au cours de celle-ci, trois membres présumés de cette bande ont pu être arrêtés grâce à l’appui des unités spéciales de la Police Fédérale. De plus, cinq migrants en transit (quatre hommes et une femme) cachés dans l'espace de chargement d'un camion, ont été interpellés. Les trois suspects ont été présentés au juge d'instruction de Termonde le 10 février et ils ont tous été placés sous mandat d’arrêt. Les cinq migrants en transit ont reçu l'ordre de quitter le territoire.

La poursuite de l’enquête a permis l’arrestation de deux autres suspects, le 24 février 2021, alors qu'ils tentaient de reprendre leurs activités sur les parkings d'autoroute de Wetteren et Sterpenich. Les suspects sont principalement originaires d’Afrique de l’Est. Le modus operandi de la bande consistait à emmener les migrants en transit à Wetteren en train, puis à les diriger vers le parking de l'autoroute. La nuit tombée, ils ouvraient des camions à destination du Royaume-Uni et laissaient des migrants en transit se cacher dans les chargements.

Une analyse plus approfondie a révélé que certains de ces migrants en transit, ainsi que plusieurs suspects, résidaient dans un centre d'accueil à Gembloux.Les personnes arrêtées sont soupçonnés d'avoir abusé de cette initiative bien intentionnée pour leurs activités de traite des êtres humains, en faisant héberger des migrants en transit à Gembloux et en les accompagnant jusqu'aux parkings d’autoroute. Le mercredi 3 mars 2021, vers 9 heures, la PJF de Flandre orientale a effectué une perquisition au centre d'accueil, en étroite collaboration avec la PJF de Namur. L'objectif était de recueillir des informations supplémentaires dans le cadre de l'instruction judiciaire. Le contrôle s’est déroulé dans le calme.

Dans le centre d'accueil, les enquêteurs ont découvert 19 migrants en transit et 4 accompagnateurs. Les transmigrants ont été emmenés en bus dans les locaux de la Police Fédérale à Jambes pour une identification complète et traitement par l’Office des Etrangers. Ensuite, ils ont tous été ramenés au centre d'accueil. Lors de ce contrôle, la PJF a pu bénéficier de l’appui des Directions de coordination et d’appui (DCA) de Flandre orientale et de Namur, du Carrefour d'information d'arrondissement (CIA) de Namur, de la Police de la Route de Flandre orientale et de quelques équipes spécialisées de la Direction générale de la Police Fédérale Administrative. L’Office des étrangers était également présent sur le terrain.