Namur Ils auraient usé de pratiques totalement interdites.

La chasse aux perdreaux est strictement réglementée. Ainsi, la date d’ouverture est fixée chaque année au 1er septembre. La date ultime où il est encore permis de repeupler les zones de chasse est, elle, fixée au 15 août. Le 25 août 2017, l’UAB (l’unité anti-braconnage) de la Région wallonne débarque, sur la base d’une dénonciation, dans un bosquet de la région de Florennes.

Les hommes de l’UAB découvrent sur le territoire de chasse appartenant à la famille W. des appelants vivants, une pratique totalement interdite par les lois cynégétiques. Il s’agit de garder de jeunes perdreaux en cage fermée (pour reprendre les termes techniques) pour attirer d’autres perdreaux.

Les anti-braconnages ont aussi mis la main sur des boîtes à fauves, des cages destinées à piéger les nuisibles et détournées ici de leur utilisation originelle puisqu’elles contenaient… deux cailles. Le plus triste, c’est que les animaux retrouvés par l’UAB étaient dans un tel état de déshydratation qu’il a fallu les euthanasier !

Serge W. et son père avaient été condamnés à payer une amende de 500 € pour infraction sur les lois concernant le bien-être animal mais avaient bénéficié d’un sursis pour la moitié de l’amende. Toutefois, ils avaient jugé bon de faire opposition.

Aujourd’hui , ils étaient représentés par leur avocat. Lequel n’a pas manqué d’attirer l’attention du tribunal sur les agissements des voisins, toujours à observer les moindres faits et gestes des W. avec de puissantes jumelles. Selon lui, ces voisins anti-chasse pourraient être venus refermer les cages après le départ des W. L’avocat des W. sollicite l’acquittement, ses clients n’ayant aucun mobile pour agir de la sorte ! Jugement rendu le 18 mars.

R. Tom