Le prévenu était aussi poursuivi pour menaces et vols.

Si l’audience n’a rien donné pour les cinq dossiers fixés, les jugements qui étaient prévus ont par contre bel et bien été prononcés. Dont celui de Raoul, un habitant de Viroinval.

Le 10 juillet dernier lors de la première audience correctionnelle de vacation, cet homme âgé d’une trentaine d’années a comparu pour des faits de vols qualifiés, incendie de véhicule et menaces commis en mai 2019. Sous l’influence de l’alcool et de médicaments, le prévenu avait bouté le feu au véhicule de son cousin, pendant la nuit, car ce dernier avait refusé de le conduire quelque part la veille des faits. Autre motif évoqué : le fait qu’il avait réalisé des travaux dessus, et qu’il attendait toujours d’être payés. Le véhicule incendié se trouvait à 1,50m de la façade. Heureusement, le feu ne s’est pas propagé. Il avait annoncé son intention à sa compagne juste avant de passer à l’acte.

Lorsque les policiers se sont rendus au domicile du suspect après cet incendie, ils ont été informés par sa compagne qu’il avait commis deux vols qualifiés dans des chalets, deux jours plus tôt, et qu’il l’avait également mis un couteau sous la gorge en la menaçant de l’égorger. Il lui reprochait de faire du bruit en nettoyant… "Il n’est pas d’une intelligence supérieure, il ne m’en voudra pas de le dire. Il faut l’encadrer", commentait son avocat lors de l’audience.

Ce mercredi matin , le prévenu, qui traîne pourtant déjà un lourd casier judiciaire, a bénéficié d’une ultime chance en étant condamné à deux ans de prison avec sursis probatoire pour ce qui excède la détention préventive déjà subie. Cette peine s’ajoute aux quatre condamnations correctionnelles qu’il a déjà à son actif pour des faits de vols, stupéfiants, harcèlements, coups et menaces. Et à celle prononcée en 2007 par le tribunal de la jeunesse, pour des faits de viol.

S.M