Namur Olivier Libois et Stéphane Pignolet ouvraient déjà Art Salon il y a 18 mois.

Que se passe-t-il lorsque deux entrepreneurs, amoureux d’objets d’art, se rencontrent ? Ils initient des projets ensemble. D’un côté, Stéphane Pignolet a ouvert sa galerie en bas de la chaussée de Waterloo il y a un peu moins de trois ans. De l’autre, Olivier Libois, ancien patron d’une société d’informatique qui a changé de vie et décidé de vivre ses passions.


Accompagnés d’un troisième associé, ils avaient déjà ouvert Art Salon, à la fois bar et antiquaire, rue de la Croix. "Mais notre premier projet, celui qui nous tient en haleine depuis plus de cinq ans, c’est celui de mettre en ligne un site d’objets d’art qui ne soit pas une galerie et qui ne prenne pas de commission. Certains prennent 20 %", précise Olivier Libois.

Sur Arta Plaza, on prend une annonce et on vend de l’art ancien (mobilier, luminaires, sculptures, tableaux, bijoux) jusqu’aux années 70, voire 80. Pas de brocante.

Quel intérêt pour les annonceurs ? "Les galeries ou les vendeurs d’art n’ont pas toujours le temps ou les moyens de développer un site de vente en ligne et de le faire vivre. Nous, on les accueille sur un site avec des outils d’aide à la mise en ligne, on détoure les photos, les objets sont bien mis en valeur et très bien référencés sur les moteurs de recherche", répond Stéphane Pignolet.

Les particuliers y sont aussi bienvenus. Ils sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la revente de leurs beaux objets avec les émissions de type Affaires conclues. Olivier Libois s’est occupé de l’étude de marché et a analysé la totalité des sites concurrents. Il est persuadé de proposer le meilleur, le moins cher, et que le concept va cartonner. "On a déjà bien démarré le mois dernier. On va étudier le marché français et d’autres." U ne seule adresse : https ://www.artaplaza.com.

© Veronesi/Swijsen