Le parquet de Namur a requis jeudi une peine de 3 ans de prison à l’encontre d’un prévenu accusé de diffusion et de détention d’images pédopornographiques.

Condamné en 2007 à 25 ans de prison pour meurtre, c’est dans le cadre de cette détention que le prévenu aurait diffusé, depuis la prison de Namur, une image à caractère pornographique. Il a expliqué au tribunal que des téléphones circulaient en prison et que chaque détenu y insérait sa carte sim. Il nie avoir diffusé cette image d’un jeune garçon le 17 septembre 2019. La détention de 1440 images de ce type lui est également reprochée. Le prévenu a expliqué qu’il avait été condamné pour la détention de ces images en 2011, mais qu’il a récupéré la carte mémoire les contenant à sa sortie de prison. C’est de cette façon qu’elles se seraient retrouvées sur son ordinateur, où il les a consultées. L’homme est également accusé de la détention illégale d’une arme de calibre 12.

Le parquet précise que la diffusion de l’image litigieuse a été réalisée via le numéro de GSM lié au compte Facebook du prévenu. Et réclame une peine de prison de 3 ans et une interdiction d’entrer en contact avec des mineurs pendant 10 ans pour la détention et la diffusion d’images pédopornographiques. 12 mois sont requis pour la détention de l’arme.

Me Gruslin, conseil du prévenu, regrette qu’un objet détenant de la pédopornographie ait été restitué à son client et précise qu’il n’y avait pas de volonté de diffusion de ces images dans son chef, qu’il n’a pas recherché activement ces images et qu’il n’y a donc pas de commission d’une nouvelle infraction. L’avocat demande qu’une seule peine soit infligée à son client.

Jugement le 20 janvier.