16.000 euros, c’est le montant, salé, de l’amende que réclamait l’auditorat du travail le 23 juin dernier à l’encontre de la tenancière d’un restaurant chinois de Dinant. Lors de deux contrôles, en août 2018 et en février 2019, les infractions suivantes ont été constatées par les inspecteurs sociaux : absence de titre séjour valable, absence de dimona, absence de contrat de travail pour un étudiant ou horaires de travail à temps partiel non-affichés. Questionnée après le second contrôle, la patronne, dont la sprl est aujourd’hui en faillite, mais qui continue son activité en tant que personne physique, a affirmé être novice en la matière. Elle travaille pourtant dans l’horeca depuis 2003.

Estimant que la prévenue a persisté dans ses comportements infractionnels malgré plusieurs rappels à l'ordre et qu'elle agissait dans un but de lucre, tout en refusant une transaction de 9.450 euros, le tribunal l'a condamnée ce mercredi à une amende de 16.000 euros, assortie d'un sursis de 3 ans pour ce qui excède le montant de 9.600 euros.