Vol d'une rare violence au Night & Day de Dinant : "On est passé à 1mm des assises"

Une employée du Night & Day de Dinant a été violemment agressée, le 7 octobre 2021. Après avoir reçu une bouteille de 75cl au visage, elle a été victime de 26 coups de poing, un coup de genou, 3 coups de pied et tout autant de tentatives de strangulation.

S.M
Vol d'une rare violence au Night & Day de Dinant : "On est passé à 1mm des assises"

Une employée du Night&Day de Dinant a été victime d’une agression d’une rare violence, le 7 octobre 2021. Ce mercredi matin, son agresseur, poursuivi pour vol avec violence et tentative extorsion a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant. Vingt ans de prison ont été requis à son encontre.

Ce soir-là, l'homme, originaire de Bruxelles, débarque à Dinant pour passer la nuit chez une connaissance après avoir trouvé porte close à l'abri de nuit de Jambes. Il fait une première halte au Night&Day à 22h08. Il y retourne une seconde fois vers 23h31. "Pour acheter de l'alcool", assure-t-il.

Lors de ce second passage, l'homme éclate une bouteille de bière de 75cl au visage de la vendeuse de 22 ans. Puis la roue de coups : 26 coups de poing, un coup de genou, 3 coups de pied et tout autant de tentatives de strangulation. Il repartira avec 500€."Je n'en reviens pas qu'elle soit toujours là. On est passé à 1mm de la cour d'assises. Si elle meurt, personne ne conteste l'intention homicide. La scène dure trois minutes, trois minutes de guerre. Malgré tout ce qu'elle a subi, elle a eu le bon geste pour activer l'alarme hold-up", précise Etienne Gaublomme pour le ministère public.

Interrogé sur ses intentions, le prévenu évoque le trou noir et conteste avoir été en repérage lors de son premier passage. "Il n'y avait rien de prémédité. J'y allais pour acheter de l'alcool. Je ne sais pas pourquoi j'ai fait cela."

La victime souffre d'une incapacité de travail de plus de quatre mois. "C'était son troisième jour de travail", précise son avocat Me Druart. "Elle ne travaillera plus jamais dans ce genre d'établissement. Elle a une formation d'éducatrice. Désormais, les cris, les bruits,… ce n'est plus possible non plus."

Le prévenu a déjà été condamné à sept reprises par un tribunal correctionnel pour vol, y compris avec violence, extorsion, menaces, détention d’armes et coups et blessures. Il se trouve en état de récidive légale. Pour son avocate, Me Somers, il y a de la bonté dans chaque être humain. Pour faire ressortir celle de son client, un travail sera nécessaire en milieu carcéral. Elle invite le tribunal à trouver "le juste milieu" dans la peine à prononcer.

"400 travailleurs attendent beaucoup de la décision judiciaire"

Parmi les parties civiles figure également la société morale qui représente le night-shop, membre du groupe Night&Day. Pour soutenir la victime de l'agression mais également tous les travailleurs du groupe, malheureusement susceptible d'être un jour ou l'autre confronter à ce genre d'énergumène. "Le groupe qui existe depuis plus de 25 ans et compte une centaine de magasins et près de 400 travailleurs. Des agressions et des cambriolages, ils en connaissent énormément. Mais c'est la première fois qu'il y a une agression aussi violente et dramatique. Les 400 travailleurs du groupe attendent beaucoup de la décision judiciaire qui sera rendue, afin de renforcer leur sentiment de protection", plaide Me Peret.

Jugement le 13 juillet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be