Vresse-sur-Semois : pétage de plomb après une demande d'asile rejetée

Un homme s’en est physiquement pris à son épouse, lui occasionnant une incapacité de travail de 22 jours

S.M
Vresse-sur-Semois : pétage de plomb après une demande d'asile rejetée
©Shutterstock

Vingt mois de prison avec sursis probatoire ont été requis à l’encontre d’un résident du centre Fedasil de Sugny (Vresse-sur-Semois), ce jeudi matin par le parquet de Namur.

Le 28 janvier dernier, l’homme s’en est physiquement pris à son épouse, lui occasionnant une incapacité de travail de 22 jours. Il lui a retourné le doigt et l’a blessée à la lèvre parce qu’elle souhaitait changer de chambre.

Lorsque les policiers sont intervenus et lui ont pris son enfants des bras, le prévenu a menacé de brûler le centre s’il ne retrouvait pas son fils en sortant de prison. Le président du tribunal a décrit la victime comme soumise dans cette relation. « Vous avez une conception particulière de la place de la femme », dit-il. Après les faits, le prévenu a déclaré ne pas faire confiance à sa femme pour l'éducation de son fils par crainte de lui mettre des "idées de mécréant" en tête.

La défense a mis en avant le parcours de ce couple, et plus précisément celui du prévenu. « Il est né dans un camp au Liban et est d'origine palestinienne. Mais cela n'est pas reconnu comme nationalité. Il y a une carence identitaire. Il est arrivé en Allemagne en 2017 et a rencontré madame là-bas en 2019. La demande d'asile a échoué, il sont dès lors venus en Belgique où, le 27 janvier, ils ont appris que la Belgique n'était pas compétente pour leur demande d'asile. Ils allaient devoir quitter le territoire. Sa femme et lui ont chacun pété un plomb. Elle voulait partir seule avec l'enfant. » Jugement le 13 juillet.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be