Spencer Byles : "Une œuvre d’art n’est jamais finie"

Spencer Byles est un artiste libre. Une liberté qui caractérise ses créations.

S.M
Spencer Byles : "Une œuvre d’art n’est jamais finie"

Lorsqu'il est en forêt, Spencer Byles se sent libre. C'est d'ailleurs ce qui le caractérise en tant qu'artiste. Cet ancien menuisier s'est lancé comme sculpteur il y a quinze ans, après la faillite de son "business". "Je me suis occupé de mes trois enfants pendant que ma femme travaillait. Mais après six ans, j'avais besoin d'autre chose. Je me suis lancé dans l'art. Ce que les gens préféraient : mes sculptures en papier."

À 50 ans, direction l'université pour Spencer Byles afin d'apprendre la sculpture. "J'ai détesté cela, mais ça m'a permis d'apprendre à utiliser d'autres matériaux et d'entrer en contacts avec d'autres artistes, dont certains qui pratiquent le land art."

Ses premières œuvres, il les a réalisées dans une réserve naturelle non loin de chez lui. Les responsables avaient marqué leur accord mais dans un endroit assez reculé. "Je suis parti à l'étranger. Quand je suis rentré pour continuer, j'ai découvert une série de remarques positives sur mon travail dans une sorte de livre d'or." Les photos de ses créations relayées sur les réseaux sociaux ont fait leur œuvre et lui ont ouvert des portes.

Dans son processus de création, Spencer Byles commence toujours par trouver un lieu inspirant. "par l'odeur, le bruit, la lumière, le sol, les arbres…" Il collecte ensuite les matériaux trouvés sur place puisse laisse travailler son imagination. "Je travaille deux heures sur une œuvre puis je passe à une autre car je ne veux pas tomber dans le piège de l'imagerie. Je peux ensuite revenir à la première quelques heures ou un mois plus tard. Une œuvre d'art n'est jamais finie. Je suis libre d'y ajouter ou de retirer des éléments quand je le souhaite", indique-t-il.

Des sculptures à même la roche

Ces dernières semaines, un autre sculpteur a fait l'étalage de son talent au Domaine de Han. Le Vosgien Philippe Léonard a sculpté directement sur la pierre durant neuf semaines. "Ici, c'est sur du marbre. C'est assez compliqué car il y a des fissures et cassures, comme il ne sort pas de la carrière." Trois fresques qui se trouvent dans trois lieux différents ont été créées. Toutes représentent des animaux du parc. "Avoir les modèles justes à côté de soi quand on travaille, c'est une chance", termine l'artiste.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be