Dinant : 4 pompes, un shop et de quoi se hisser parmi les 16 meilleures stations européennes de TotalEnergies

S’en sortir quand le carburant part dans tous les sens, la station TotalEnergies de la rue Saint-Jacques le fait plutôt bien. Elle vient d’être élue meilleure station "Codo" du groupe en Belgique. Et figure dans les 16 premières d’Europe.

L'Avenir
290244793_1206016270213044_4233594301147373863_n.jpg

Dans l'arrière-boutique du petit magasin de proximité attenant aux quatre pompes à carburants, la sonnette retentit toutes les dix secondes. Ça n'arrête pas. "Depuis deux mois, deux fois par semaine, nous battons nos records et dépassons les 850 clients quotidiens, sourient Thomas Bellina et Isabelle Bokken, à la tête de cette station aux couleurs de TotalEnergies depuis 2011.Sans compter les automobilistes qui ne font que passer aux pompes et n'entrent pas. Il y a 8 ans, nous étions à 700 clients par jour."

Une augmentation qui pèse favorablement sur le chiffre d’affaires et a permis au duo de se hisser au top du classement des enseignes du groupe en Belgique, dans la catégorie Codo.

"Les marges sur le carburant sont infimes"

Codo, kézako ? "Il y a en réalité trois sortes de station chez TotalEnergies en fonction du mode de gestion. Il y a les CoCo (pour Company owned, company operated) : la société est propriétaire du bâtiment et y place ses propres employés, c'est le cas sur les autoroutes. Il y a les DoDo (Dealer owned, dealer operated) qui voit le propriétaire de la station louer la marque et le matériel. Et, enfin, les CoDo (Company owned, dealer operated), comme nous et la majorité des stations en Belgique (plus de 200) : le bâtiment est loué à TotalEnergies par le propriétaire et nous en sommes les gérants. Nous payons à TotalEnergies une redevance en fonction des résultats de notre shop. Les marges du carburant, elles, sont infimes et, si elles n'ont pas évolué depuis 20 ans, ne permettent plus de payer les charges."

Dix employés mais pas des pompistes

Thomas et Isabelle, et leurs dix employés, ne sont dès lors pas pompistes. "Non, nous ne pouvons pas changer le prix affiché aux pompes, tout est automatisé. Pannes et entretiens sont gérés par la société. Nous veillons juste à les garder propres. Pour le reste, nous concentrons notre énergie sur le magasin et sa visibilité."

Des concours, de la communication sur les réseaux sociaux, du sponsoring. Comme cette voiturette en plastique utilisée pendant le confinement par un restaurant du centre, et qui n’a de cesse de vivre d’autres vies : mascotte de la station ou, probablement, participante de la célèbre régate de baignoires.

Puis, il y a le petit commerce de proximité à faire vivre : snacks, tabac, produits de loterie, presse. Dernièrement, c'est une sandwicherie qui a ouvert. "Préparé-minute, le pain est frais… du four. La demande est là. Ne manquent plus que les glaces et les granitas. Si c'est notre initiative, nous le faisons avec les couleurs et le logo de la marque, forcément, qui est très vigilante sur l'hygiène. Tous les trois mois, une société indépendante nous contrôle. En comparaison, l'Afsca passe tous les deux ans."

Si ce n'est pendant les vacances d'été, 90 % de la clientèle est dinantaise. "Certains passent plusieurs fois par jour. Ils ne font évidemment pas le plein à chaque coup ! Pendant le Covid, nous vendions des choses que nous n'aurions jamais imaginées. Comme beaucoup de commerces étaient fermés, nous nous débrouillons pour trouver ce que nos clients nous demandaient. Une tondeuse à cheveux, par exemple."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be