Dinant - Ciney

Pendant plus d'un an, il s'en est pris de différentes manières à son ex-compagne.

Le 5 juin dernier, un Beaurinois de trente ans s'était fait remarquer lors de sa comparution devant le tribunal correctionnel de Dinant. En insultant l'avocat adverse de « sale bête », et en adoptant une attitude désinvolte alors qu'il était poursuivi pour de nombreux faits de violence conjugale commis entre août 2017 et octobre 2018. Alcoolique et consommateur de cannabis, le prévenu avait reconnu avoir levé la main à plusieurs reprises sur son ex-compagne avec qui il a eu un enfant en avril 2016. Il a également reconnu avoir mis une balle de 9mm dans sa boite aux lettres, l'avoir menacée et harcelée par écrit. « Il lui a dit qu'elle allait mourir, qu'elle surveille bien sa maison, etc. », avait indiqué l'avocat de la partie civile. « Il a également dormi deux fois dans son jardin. Depuis peu, ces faits ont recommencé car il pense qu'elle a une relation avec quelqu'un d'autre. »

Son casier judiciaire ne plaidait pas en sa faveur : cinq condamnations correctionnelles, principalement pour des faits de violence en tous genre. Parmi celles-ci figurent deux peines de travail, non effectuées.

Ce mercredi, il a bénéficié d'une dernière chance. Celle-ci est néanmoins lourde et stricte puisqu'il a été condamné à quarante mois de prison avec sursis probatoire.