Le 16 janvier 2017, des policiers de la zone des Trois Vallées ont eu l’attention attirée par un véhicule suspect à Viroinval. Ils ont procédé au contrôle de son occupant mais celui-ci n’avait rien à se reprocher.

Quinze minutes plus tard, toujours dans cette même zone, ce sont deux individus qui déambulaient en rue qui ont été contrôlés par la police. L’un d’eux détenait 3g de cannabis. Étant déjà connu de la justice pour des faits de stupéfiants, une perquisition en flagrant délit a été menée à son domicile. 51 branches de plants de cannabis séchaient dans sa chambre. Dans le grenier se trouvait une petite installation destinée à en cultiver. D’ailleurs, quatre plants poussaient. Les forces de l’ordre ont aussi retrouvé une balance de précision et des sachets de conditionnement.

Poursuivi devant le tribunal correctionnel de Dinant, l’individu a reconnu avoir dépanné plusieurs de ses amis. Il a déjà fait deux mois de détention préventive et risque deux ans de prison avec sursis probatoire. C’est en tout cas la peine requise par le parquet de Namur. Et elle a fait tiquer la défense. "Je n’ai pas entendu parler du délai raisonnable. Les faits datent de 2017", plaide la défense qui privilégie une peine de probation autonome. "Il consomme depuis qu’il a 14 ans. Arrêter comme cela sans suivi ni encadrement, c’est compliqué." Le jugement sera rendu le 8 février.