Dinant - Ciney Le casino et des riverains sont en conflit. La Ville de Dinant est au milieu de tout ça.

C’est une fameuse épine hors du pied pour la Ville de Dinant. Lors du dernier conseil communal, il a été voté à l’unanimité l’adoption d’une convention d’organisation et de constitution de la garantie de bonne exécution des obligations de l’exploitant du Casino de Dinant. Derrière cet intitulé assez technique se cache un enjeu financier pour la commune, lié à un "conflit de voisinage."

Au-dessus du Casino de Dinant se trouvent plusieurs appartements, et donc une copropriété. Depuis plusieurs mois, voire années, les occupants de ces logements se plaignent de la présence d’un chapiteau et d’une tresse électrique qui pend à la façade. "C’est une tresse qui permet au casino d’être relié à un "no-break" afin qu’il n’y ait aucune perturbation en cas d’une coupure de courant", explique le bourgmestre Axel Tixhon. Les habitants s’en sont plaints à l’ancienne majorité à plusieurs reprises. N’ayant pas eu d’échos, ils ont assigné la Ville de Dinant, propriétaire du lieu, en justice. "La Ville a été condamnée en décembre 2018 à leur payer une astreinte quotidienne de 500€ par élément, effectives à partir de la fin mars, tant que cette tresse et le chapiteau n’avaient pas été enlevés. La tresse l’a été mais nous en sommes déjà à 14.000€ d’astreinte. Il reste désormais le chapiteau", explique le bourgmestre de Dinant Axel Tixhon. Pour ce dernier, l’astreinte avoisine déjà les 50.000€. "On avait prévu un budget pour toutes ces dépenses. Mais on avait aussi inscrit cette somme dans les rentrées puisqu’on sera remboursé."

Le chapiteau devrait en effet rester là un petit bout de temps. "C’est là où les gens peuvent jouer aux machines à sous en fumant. C’est quelque chose de très rentable pour le casino." Dans la convention adoptée par la Ville lors du dernier conseil communal, le casino de Dinant s’engage à rembourser le montant des différentes astreintes et à présenter rapidement un projet d’extension en dur, vers la prison. "Ils devraient déposer prochainement une demande pour le permis de bâtir. Cette convention est un soulagement, on ne devra pas payer un seul euro. Avant cela, rien n’obligeait le casino à payer", a conclu Axel Tixhon.

Sébastien Monmart