Lundi soir au conseil communal de Ciney, certains conseillers de l’opposition ont lancé une discussion concernant l’abattage de 6 arbres, dont 2 qualifiés de « remarquables », dans le parc St-Roch. Le premier était situé à gauche de l‘escalier, à proximité de l’issue de secours. Et l’autre était dans la descente vers l’Avenue Albert. « Je suis assez surpris par l’abattage de ces 2 arbres qualifiés de remarquables. C’est-à-dire qu’ils étaient repris dans liste officielle des arbres remarquables de la Région wallonne et donc, qu’ils sont normalement protégés. Pour obtenir un permis d’abattage, c’est normalement très difficile. Dès lors, pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont poussé à les abattre aussi rapidement ? », s’interroge Fréderic Botin, appuyé plus tard par Jean-Marie Cheffert (ACTION).

 Le bourgmestre Fréderic Deville leur répond que cela fait suite à un rapport du DNF (Département de la Nature et des Forêts). « Le rapport du DNF en date du 22/12/2020 était clair. Après avoir visité le site, ils ont noté que 6 arbres posaient souci d’un point de vue sécurité. Par exemple, l’un des marronniers était en mauvais état sanitaire, des champignons étaient visibles et son écorce se décollait. Le DNF suggérait de les couper le plus tôt possible. J’ai donc pris un arrêté pour les abattre et suivi les recommandations du DNF, car je ne voulais pas prendre de risque. Imaginez si une branche était tombée sur un promeneur, même si ceux-ci ne sont pas légion en cette période.», dit-il. 

Une réponse qui ne satisfait toujours pas le conseiller. « Je peux comprendre que tout massif dot être géré. Je suis quand même surpris de la décision radicale prise par le DNF. Quand je me promène dans le parc et que je regarde aujourd’hui la souche de ces 2 arbres, elles me semblent pourtant être saines. Mais bon, je ne suis pas un expert…On devait plutôt mener des actions pour les préserver, pas pour les couper. » Quid pour l’avenir ? A l’heure actuelle, le bourgmestre n’a pas confirmé la suite des opérations, mais « il y a de fortes chances qu’on replante de nouveaux arbres à l’avenir », a-t-il conclu.