Dans la nuit du 20 au 21 janvier 2020 à Ciney, un homme âgé de 33 ans a entretenu une relation sexuelle avec une jeune fille de 15 ans. En congé pénitentiaire, ce trentenaire était hébergé chez un ami qui avait accepté de l’aider dans le cadre de sa réinsertion. C’est avec sa fille, qui présente un retard mental et des apprentissages, qu’il a couché.

Le prévenu ne contestait pas cette relation mais précisait que la jeune fille était consentante. Elle avait d’abord dénoncé avoir été victime d’un viol, avant de revenir sur ses propos et d’affirmer que la relation était consentie. Ce consentement était donc au cœur des débats. Un spécialiste avait notamment indiqué que ce retard mental et des apprentissages ne lui permettait pas d’émettre un consentement sur une relation sexuelle. Le parquet de Namur abondait en ce sens tandis que la défense lieu de retenir l’attentat à la pudeur, mais pas le viol. "Monsieur n’a pas agi par surprise, ni par ruse." Ce mercredi, le tribunal correctionnel a tranché et a déclaré toutes les préventions établies. Le prévenu, qui est actuellement en prison jusqu’en 2028, a écopé de 40 mois supplémentaires.