Le tribunal correctionnel de Namur a accordé mercredi la suspension probatoire du prononcé de la condamnation à un habitant d'Onhaye accusé de contrefaçon et d'altération de monnaie mais aussi d'escroquerie, d'infraction à la métrologie et de travail frauduleux. Une trentaine de pièces à conviction dont des pièces et des bijoux lui sont confisquées, tout comme la somme de 80.000 euros. La somme de 21.917 euros, confisquée durant l’enquête, lui est restituée.

Agriculteur, le prévenu, né en 1980, est un numismate averti qui a lancé en 2013 une activité de vente et d'achat d'or et de métaux précieux. Activité à laquelle la zone police de la Haute-Meuse s'est intéressée en 2016. Un millier d'objets ont été saisis lors de perquisitions. Les enquêteurs ont notamment retrouvé une dizaine de pièces de centimes d'euros doublement frappés, mais aussi une soixantaine de pièces d'un euro disloquées et dont le centre avait été modifié. "Je faisais cela à des fins didactiques", expliquait lors de l’audience le prévenu, également accusé d'escroquerie pour avoir vendu des reproductions de médailles papales. "Tout le monde sait que ce sont des fausses qui circulent dans le monde des numismates, puisque les originales sont précieusement gardées au Vatican." Des infractions à la métrologie lui étaient reprochées également, ses balances n'étant pas en règle. Des préventions de défaut d'inscription à la Banque Carrefour des Entreprises et de travail frauduleux lui sont enfin imputées, le parquet estimant qu'il exerçait son activité de façon non déclarée depuis au moins 2006.