Le patron d'une société de transport de la région dinantaise a été contrôlé en novembre 2018. Sa société emploie 4 travailleurs, or, il possède 6 véhicules pour celle-ci et 4 pour une activité qu'il exerce en tant que personne physique. Lors de l'arrivée du SPF mobilité, l'entrepreneur est entré dans une rage folle et s'est montré agressif envers les inspecteurs, leur a arraché des mains une feuille de route, griffant une inspectrice, a refusé de leur fournir les tachygraphes de plusieurs véhicules, a repris la feuille d'audition d'un de ses travailleurs,...Un comportement inacceptable.

Recontrôlé 6 mois plus tard, il a restitué un des documents subtilisés aux inspecteurs, mais n'a pas pour autant montré patte blanche : il a refusé de fournir les disques de tachygraphes qui manquaient, s'opposant faisant ainsi obstruction à la surveillance, qui avait pour but d'examiner les conditions de travail et de rémunération de ses travailleurs.

Le 23 février dernier, 32.000 euros d'amende (1000 euros pour chacun de 4 travailleurs, à majorer des décimes additionnels), étaient requis à l'encontre du prévenu. Le tribunal l'a condamné ce mercredi à une amende de 6.400 euros assortie d'un sursis de 3 ans pour ce qui excède 3.200 euros.