Le 24 octobre dernier, une centrale hydroélectrique était acheminée par voie d’eau de Liège jusqu’à Anseremme. L’opération n’est pas passée inaperçue puisque le niveau d’eau avait dû être progressivement baissé pour permettre le passage de ce convoi exceptionnel sous le pont Charles-de-Gaulle de Dinant. Ce mardi matin, cette centrale hydroélectrique réalisée sur mesure pour s’intégrer dans le pertuis du barrage de la rive droite de la Meuse, a été inaugurée.

Celle-ci est constituée de cinq turbines, d’une structure métallique poids total de 300 tonnes dans laquelle sont logées ces turbines, de quatre grues de levage d’une capacité de 100 tonnes chacune, d’un dégrilleur qui permet de dégriller chaque turbine et d’amener les déchets dans un container de 20 m³ et, enfin, d’une cabine électrique avec un transformateur permettant d’injecter l’électricité sur le réseau via un transformateur de 11000 volts. Cette nouvelle centrale devrait produire près de 7 millions de kWh/an, soit la consommation annuelle de près de 2.000 ménages.

Cette centrale est par ailleurs amovible. "Elle peut être levée en cas de crue au-dessus du niveau d’eau. Les quatre grues effectuent la manœuvre en 30 minutes", indique la Sofico.

D’ici 2022, une nouvelle échelle à poissons sera construite (Ndlr : il en existe déjà à Anseremme). Mais celle-ci sera compatible avec les grands migrateurs et respectera les exigences européennes en la matière.

La centrale inaugurée ce mardi est la sixième du programme de la Haute-Meuse à turbiner, après celles de Hun, Hastiere, Waulsort, Tailfer et Houx. Trois autres centrales devraient voir le jour prochainement. Celle de Rivière (Profondeville) devrait être acheminée durant le second semestre de cette année. À La Plante et Dinant, les travaux de génie civil ont eu lieu en 2017. Il ne reste plus qu’à patienter. Ces neuf centrales devraient permettre de produire 63.700.000 kWh/an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 18.000 ménages.