La commune de Rochefort se relève petit à petit des inondations de juillet 2021. Ce mardi, une étape supplémentaire a été franchie. Trois maisons modulaires qui vont dans un premier temps bénéficier à des familles sinistrées sont arrivées, rue des Pinsons. Leur assemblage a commencé hier et se poursuivra encore ce mercredi. "Au lendemain des inondations, on se sentait véritablement impuissant pour affronter cette crise. Pour se relever, il allait falloir saisir les opportunités", explique la bourgmestre f.f Corinne Mullens.

L’une d’elles l’a été par la société de logements sociaux Ardennes et Lesse, qui couvre 12 communes dont Rochefort et Houyet, en se manifestant rapidement auprès de la société belge Etex après avoir appris qu’elle offrait cinq maisons modulaires E-Loft à des communes touchées par ces inondations. "Après cette catastrophe, il n’y a pas eu beaucoup de débats chez nous. Les employés, managers et actionnaires nous encourageaient à intervenir. C’était aussi une manière pour nous de faire connaître des produits méconnus", explique le CEO d’Etex, Bernard Delvaux.

Ces habitations modulaires sont fabriquées en France, dans des usines bretonnes de St-Brieuc. Il s’agit de maisons de 85m², préfabriquées en ossature bois, qui comprennent notamment un rez-de-chaussée et un étage, deux salles de bains et trois chambres. Ces logements sont composés de trois modules (Ndlr : deux au sol et un troisième pour l’étage) qu’il faut ensuite raccorder sur place. Deux semaines sont nécessaires pour les fabriquer à près de 90 % en usine. Sur le chantier, une semaine suffit pour les assembler et réaliser les finitions intérieures comme le plafonnage des murs et plafonds, les raccordements électriques et de plomberie et installation de la cuisine. "Preuve de leur solidité, elles viennent de faire 750km sur camion et rien n’a bougé", explique Kévin Le Potier, responsable travaux pour E-Loft. "247 de nos modules seront installés à Paris à l’occasion des Jeux olympiques."

Pour des sinistrés

Ces trois maisons sont donc destinées à des familles touchées par les inondations de juillet 2021. Certaines d’entre elles n’ont toujours pas pu regagner leur propre logement. "Des allocataires sociaux et des privés peuvent en bénéficier via une convention d’occupation à titre précaire de six mois, renouvelable deux fois. Nous espérons pouvoir les mettre en location dans un mois. Elles entreront sans doute ensuite dans le circuit des logements sociaux", explique Dominique Adam, directrice d’Ardenne et Lesse.

Sur l’ensemble du territoire couvert par Ardenne et Lesse, 33 de ses logements ont été impactés par les inondations. Tous ont été relogés. Désormais, une dizaine de "privés" doivent encore bénéficier de leurs services à titre temporaire. Pour cela, plusieurs logements et terrains ont été acquis tant par le CPAS de Rochefort que par Ardenne et Lesse.