Deux ans de prison avec sursis ont été requis, mercredi par le parquet de Namur devant le tribunal correctionnel de Dinant, à l'encontre d'un homme poursuivi pour divers faits de harcèlements commis en 2019 à l'égard de trois femmes, à Anhée.

L'homme avait notamment des vues sur une de ses voisines. En moins d'un mois, il lui a envoyé près de 200 sms. Il s'est aussi introduit chez elle pendant son absence et a subtilisé son ordinateur portable. "J'avais eu son autorisation", explique-t-il. Il a également brisé cinq de ses fenêtres et a un jour été aperçu sur une échelle, qu'il avait placée sur la façade de la maison de sa voisine, en train de vouloir forcer une fenêtre. L'homme a dû être placé sous mandat d'arrêt durant quatre mois car malgré les injonctions policières lui ordonnant de ne plus entrer en contact avec cette femme, il a continué. "Madame a même dû demander à son père de venir dormir chez elle tellement elle en avait peur", précise la partie civile. Deux autres femmes ont été victimes d'agissement similaires. Une de ses anciennes collègues chez qui il s'est introduit alors qu'elle prenait sa douche et chez qui il a pris une tablette tactile, et son ancienne compagne à qui de nombreux coups de téléphone ont été donnés. "Ce n'est pas un bourreau sanguinaire mais il y avait une problématique d'alcool dans son chef", plaide la défense qui demande une peine de travail. Jugement le 8 septembre.