Il y a quelques temps, le conseiller communal (et aussi conseiller de police) Laurent Brion, accompagné du bourgmestre et du 1er échevin avaient été voir ce qu’il se faisait à Bruxelles pour lutter contre les actes d’incivilités. Dinant et les alentours ne sont en effet guère épargnés par ces dépôts clandestins qui sont trop fréquents et qui ternissent l’image de la ville. 

« A Schaerbeek, nous avions visité les locaux de la brigade de propreté locale. Il y avait toute une série de caméras qui étaient installées dans la commune et les résultats étaient assez éloquents. Les chiffres qu’ils nous donnaient montraient que 50% des personnes laissant leurs déchets n’importe où étaient retrouvées. Et que 70% des contrevenants habitaient dans la zone », explique-t-il. 

Une bonne idée pour diminuer le nombre d’actes inciviques à Dinant. Le cahier des charges a ensuite été constitué et le vote a été positif cette semaine lors du conseil communal. Il y aura bel et bien deux caméras de surveillance et les logiciels afférents, réservées pour le service propreté en priorité, dans la commune. Le coût s’élève à 50.000 euros. 

« Ce sont des caméras mobiles. Je suis d'autant plus heureux et fier que ce projet est repris par la zone de police Haute Meuse et des communes avoisinantes. Je pense que ces caméras qui fonctionnent aussi bien de jour comme de nuit pourront faire du bien à des endroits comme Leffe, la Dinantaise, Bouvigne, Anseremme, Neffe et aussi la Lesse. Ce n'est pas la panacée mais c'est un pas en avant pour lutter contre les incivilités », dit-il encore. A noter qu’elles seront normalement opérationnelles au début de l’année prochaine. 

Autre nouveauté : la mise en place de peines alternatives, qui est une première dans la Province de Namur. « Un moyen supplémentaire donné à la fonctionnaire sanctionnatrice. Au lieu de donner une amende, une peine alternative serait donnée », conclût-il. Les inciviques sont prévenus : Dinant passe à l’action !