Cela devrait se chiffrer en plusieurs centaines de milliers d'euros.

La Ville de Dinant pourrait bientôt devoir payer d'importantes heures de garde à domicile prestées par des pompiers volontaires de la caserne de Dinant. Entre 2005 et 2015, dix hommes du feu devaient être rappelables dans les huit minutes lorsqu'ils étaient de garde. Ils n'étaient donc, dans ces conditions, pas au repos. Pourtant, ils n'étaient pas payés. L'affaire a été portée en justice. La Cour du Travail de Liège leur a en partie donné raison estimant qu'ils doivent être rémunérés, mais pas à plein tarif.

Au stade actuel des choses, les avocats de la Ville de Dinant et ceux des pompiers plaignants négocient donc les montants de ces frais de garde. Un travail qui se basera sur les documents existants et qui devrait prendre un certain temps. Une chose est certaine : dix années d'heures de garde de dix pompiers différents, cela se chiffrera en plusieurs centaines de milliers d'euros. Pour pouvoir payer cette somme, la Ville de Dinant devrait faire appel aux communes voisines (Hastière, Onhaye, etc.) dans lesquelles les pompiers dinantais interviennent.