Dinant - Ciney

Les gîtes, hôtels et chambres d’hôtes de la province de Namur affichent une légère hausse par rapport à la saison 2018

Globalement les bureaux de tourisme sont satisfaits de cette saison 2019, même si la plupart remarque depuis quelques années un vrai changement de comportement de la part des touristes avec Internet, l’explosion des réseaux sociaux, le développement des applications touristiques (guides, cartes téléchargeables sur smartphone). En règle générale, les bureaux de tourisme, attractions et organisateurs d’évènements qui ont adapté leur stratégie promotionnelle dans ce sens, en récoltent enfin les fruits.

"La saison fut très porteuse pour les attractions, notamment celles proposant des nouveautés, des activités dans le cadre de l’année « Wallonie terre d’eau » qui ont été fort prisés lors des périodes caniculaires… Ainsi, le Domaine des Grottes de Han a noté une augmentation par rapport à l’été 2018, notamment grâce au nouveau parcours-spectacle dans la grotte et au nouvel espace réservé aux ours. De la même manière, la Citadelle de Namur a accueilli en juillet 40% de visiteurs en plus qu’en 2018", affirme la Fédération du Tourisme en province de Namur.

Certains points d'intérêt peuvent remercier la canicule. 

Les musées tels que la Maison du Patrimoine Médiéval Mosan, le Musée Provincial Félicien Rops, le NEM et le MHIN au Domaine Provincial de Chevetogne et le Centre ReGare de Fosses-la-Ville ont pu profiter des effets négatifs des températures élevées sur les activités d’extérieur. Les visiteurs cherchaient la fraîcheur des salles climatisées et les expositions temporaires proposées ont enregistré un bon taux de fréquentation. De même, les visites intérieures telles qu’Ardois’Alle, les souterrains de la Citadelle de Namur et les grottes de Han ont enregistré un taux de fréquentation record lors des fortes chaleurs.

Les activités nautiques aux Lacs de l’Eau d’Heure, au Lac de Bambois, sur la Meuse et les rivières namuroises en ont bien profité durant quelques semaines. Seuls les loueurs de kayak ont à la fois souffert du faible niveau d’eau dans les rivières et d’une météo parfois maussade qui n’encourageait pas les sorties en extérieur.

Comme les années précédentes, beaucoup d’opérateurs touristiques de la province voient dans l’évènementiel une excellente opportunité d’attirer les touristes. Autant les attractions organisatrices d’évènements (notamment près de 5.000 visiteurs enregistrés au M.A.A.N lors de grands évènements namurois), que les hébergements et restaurants situés à proximité constatent un réel impact positif des évènements. Au niveau du secteur HoReCa, les établissements qui possèdent une terrasse extérieure étaient fort prisés pour les services du midi et du soir en période de canicule.

C’est également le cas des partenaires organisateurs de l’un des « Ravel des BBQ » ou d’une « Balade pique-nique », projets initiés par la Fédération du Tourisme, qui ont compté 8 évènements durant tout l’été, accueilli plus de 2.000 participants et rassemblé des dizaines de producteurs, restaurateurs, artisans, animateurs…

Quant aux deux expositions itinérantes initiées par la Fédération du Tourisme de la Province de Namur, l’exposition "Vies de Meuse" accessible à Hastière, Yvoir, Dinant, Profondeville et en France (Givet, Vireux, Charleville-Mézières), illustrant la vie sur et en bord de Meuse avec des photos de Xavier Istace, a été appréciée en grande partie par les locaux, amoureux du fleuve namurois.

L’exposition « #masambreatoi » quant à elle, a fait découvrir des photographies d’Instagramers locaux dans les communes sambriennes de Floreffe, Jemeppe-sur-Sambre, Sambreville et à Houmont en France. Cette exposition a été visitée par les habitants de la région mais a également drainé un public plus curieux d’Instagramers belges. Témoignage de Jean-Philippe Dave, responsable de l’office de tourisme et de l’exposition à Floreffe : «Ma Sambre à toi, une itinérance photographique qui bouscule les idées reçues sur la Sambre et offre un coup de projecteur éblouissant sur ses attraits naturels et patrimoniaux ».

Côté hébergements, les gîtes, hôtels et chambres d’hôtes sont, pour la plupart, satisfaits de cette saison comptant un statut quo ou une légère augmentation par rapport à 2018. Petit bémol pour le week-end du 15 août pour lequel le taux de fréquentation était moins bon qu’en 2018.

De la même manière, les campings ont largement profité d’un printemps et d’un été ensoleillés et constatent un vrai regain d’intérêt pour leur secteur depuis 2016, essentiellement auprès des touristes flamands et hollandais, mais aussi français.

Concernant la provenance des visiteurs, on remarque toujours majoritairement l’importance du tourisme de proximité, mais également la recrudescence des visiteurs étrangers, notamment des français et des hollandais, deux marchés essentiels pour les opérateurs touristiques namurois. Dans une moindre mesure, une augmentation des visiteurs de pays éloignés (Japon, Amérique centrale, Australie, Israël, pays de l’est…) mais également des italiens, espagnols et portugais (11% sur le territoire de Dinant, par exemple).

Depuis cet hiver, Dinant a profité de l’énorme retour médiatique sur la sélection de « Dinant, top 11 des plus belles destinations européennes » et de l’effet de la nouvelle « Croisette »…d’où la fréquentation des touristes dans la région dinantaise en plein boom, constate la fédération du tourisme en province de Namur.