Un homme né en 1967 a été l'auteur d'un important excès de vitesse, en 2019, dans l'arrondissement judiciaire de Dinant. 100Km/h, recalculé à 94km/h, au lieu de 50. Le tribunal de police de Marche lui a accordé une suspension probatoire. "Un peu comme le boulanger distribuerait des petits pains", s'étonne le substitut Lengrand. "On lui a offert la montre en or en lui accordant une formation de sensibilisation à la conduite automobile (Vias) alors qu'il avait 53 ans. Habituellement, ces formations sont destinées aux jeunes conducteurs. Mais il a refusé de la faire car il souffre de polyarthrite. Il ne voulait par ailleurs pas suivre une formation de groupe, mettant en avant sa qualité d'ancien gendarme", poursuit le représentant du ministère public.

La défense confirme qu'en voulant se montrer clément, le tribunal de police de Marche à mis son client dans une situation inconfortable vu ses différents ennuis de santé. Et de demander une suspension simple du prononcé de la condamnation. "Les tribunaux de police de Namur et Marche ont pour jurisprudence d'en accorder à ceux qui ont le permis depuis plus de 25 ans. Cela fait 34 ans que mon client conduit." Le parquet de Namur requiert, lui, 150€ d'amende (à multiplier par huit, soit 1.200€) et une déchéance d'un mois du permis. Jugement le 28 octobre.