Dinant - Ciney

Une barrière est à l'origine des faits de violence.

En rentrant d'une soirée organisée à Hamois en octobre 2015, Yves, un jeune homme né en 1992 a complètement pété les plombs lorsqu'il est arrivé à son domicile situé à Ciney vers 5h30 du matin. Pourquoi ? A cause d'un conflit de voisinage causé par une...barrière. Ce jeudi matin, il a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant. « Mes voisins ne la fermaient jamais. Mon fils a déjà été griffé au visage à cause de la barrière. Ce jour-là, je me la suis prise également », expliquait-t-il à l'audience.

De quoi le faire entrer dans une rage folle. Avec un ami, Yves a défoncé la porte d'entrée de l'appartement de ses voisins. Ceux-ci s'étaient réfugiés dans leur living. La porte de cette pièce n'a pas tenu non plus. L'occupante des lieux a reçu un coup de poing en plein visage tandis que son compagnon a été menacé d'être brûlé s'il appelait la police. Une scène d'une violence rare qui s'est par ailleurs déroulée devant un enfant de sept ans. « A l'arrivée des policiers (NdlR : qui ont été insultés), la scène était apocalyptique. Il y avait du sang partout », a indiqué le parquet de Namur.

Si aujourd'hui le prévenu semble s'être calmé depuis qu'il a deux enfants et un travail, ce n'était pas le cas au moment des faits. Dans cette même période, Yves a également fait parler de lui en menaçant, le 26 mai 2015 dans un autre contexte, des policiers. « Bâtards de flics, on va vous casser la gueule et vous broyer. On n'en a rien à foutre que vous soyez habillés en bleu. » Un mois plus tard, Yves portait un coup de poing en plein visage d'un quidam, lors de la retransmission d'un match de foot sur écran géant à Ciney.

Pour l'ensemble de son œuvre, 30 mois de prison avec sursis ont été requis. Jugement le 6 juin.