Ce dimanche 21 mars, de 15h à 16h sur la Place Reine Astrid de Dinant, la Confrérie des Mougneux d'Coûtches et les Géants de Dinant participeront à l'action 'Géants solitaires, mais géants solidaires'

Benjamin Briot, Président de la Confrérie des Mougneux d'Coûtches et membre de Géants de Dinant, explique : "L'action est lancée par nos confrères de la ville d'Ath. Nous placerons deux de nos géants, Adolphe Sax et le Cheval Bayard pendant une heure sur la place Reine Astrid en signe de solidarité avec tous les acteurs culturels, dont les acteurs du Patrimoine immatériel dont font partie les géants. Nos géants seront entourés de rue-balise en signe de protestation et pour montrer que nous ne pouvons plus entrer dans les paniers et porter nos géants depuis plus d'un an maintenant."

Les organisateurs précisent que les rassemblements sont interdits, il n'y aura que les porteurs de géants présents, suite à l'autorisation émise par la Ville et sous surveillance de la Police.

Dans un communiqué, les porteurs de géants d'Ath indiquent : "Que restera-t-il de notre Folklore ? Depuis un peu plus d’un an, certains ont vu leur fête annulée une fois, d’autres accusent déjà une deuxième annulation. Le moral des troupes est au plus bas. Nous sommes des bénévoles, des passionnés de Folklore. Par nos géants, souvent historiques, nous aimons raconter les histoires, légendes de nos clochers. Il faut dire que nos géants naissent, vivent, s’embellissent, d’autres même renaissent grâce à la passion de nos porteurs/accompagnateurs. C’est la ferveur de ces équipes, qui sillonnent les rues pour se rendre dans toutes les régions du pays, de l’Europe et même du monde, qui organisent des repas, apéros, cortèges, qui font vivre l’âme des géants, cette âme qui représente nos villages, nos villes. A l’heure de revoir des jours heureux, où les contacts se recréent, on s’aperçoit que beaucoup ont souffert, certains ont du mal à tenir debout, comme après un long combat."

Ils poursuivent ainsi : " Certaines ducasses ne redémarreront pas, d’autres perdront sans nul doute de leur ampleur. Les caisses sont vides, beaucoup de groupes vivent grâce à des actions ponctuelles qui n’ont pu avoir lieu dû à la pandémie. Les cortèges qui amènent des entrées financières sont tous annulés. Alors, aujourd’hui, nous crions A L’AIDE… Il est grand temps de prévoir un plan de relance pour le folklore. Notre folklore, votre folklore. Nous comptons sur tout le monde pour nous soutenir mais aussi sur nos instances politiques à tous les niveaux de pouvoir pour nous proposer un plan de relance financier qui permettra à tous nos géants de redémarrer sereinement après cette pandémie."