Dinant - Ciney

Réunis ce vendredi soir, les militants Ecolo ont choisi France Masai pour intégrer le Sénat durant la nouvelle législature. Les écologistes du Sud-Namurois seront donc aussi représentés au Parlement fédéral.

Le Conseil de Fédération, le parlement interne d’Ecolo, choisissait ce vendredi la personnalité amenée à assumer le mandat de Sénateur·trice coopté·e dévolu Ecolo à l’issue du scrutin du 26 juin. Le choix des militants s’est porté sur France Masai (37 ans) qui aconduit la liste régionale dans l’arrondissement de Dinant-Philippeville. Ancienne responsable pédagogique de la Fédération Nationale des Patros, l’actuelle conseillère provinciale vient de coordonner la campagne électorale des Verts à l’échelle francophone. Elle est donc une des artisanes du succès d’Ecolo dont la représentation parlementaire a doublé.

« En tant qu’habitante d’une commune rurale, après avoir parcouru le Sud de la Province pendant plusieurs mois, j’ai pleinement conscience des défis auxquels fait face notre région. L’offre médicale, le maintien des bureaux de poste, la desserte ferroviaire, les services de secours sont autant d’enjeux qui dépendent notamment du niveau fédéral. Je compte y travailler d’arrache-pied et avec enthousiasme. Au cours de la dernière législature, c’est l’action de parlementaires Ecolo qui a débouché sur l’obligation pour Bpost de mettre à disposition des distributeurs de billets au sein des communes que les banques ont désertées. Cela prouve qu’il n’y pas de fatalité ! », explique la future sénatrice.

Le Sénat constitue un pont entre le Nord et le Sud du pays, un lieu où les questions de long terme peuvent être débattues. « La pauvreté, le vieillissement de la population, la mobilité rurale, la protection des libertés fondamentales et la lutte contre le racisme sont autant d’enjeux que l’inspirent les rencontres effectuées au cours de cette campagne. Depuis le Parlement fédéral, je veux aussicontribuer à rafraîchir la politique et les institutions. Les élus communaux écologistes n’ont jamais été aussi nombreux dans le Sud de la Province de Namur. Je compte bien travailler quotidiennement avec eux, multiplier les rencontres avec celles et ceux qui font vivre notre région pour accélérer la transition écologique et solidaire dans nos communes » conclut France Masai.