Le 30 juillet 2020, Jean (prénom d’emprunt), chassait dans les bois de Walcourt. Suite à un différend concernant le passage sur une autre parcelle de chasse, la police est appelée sur place. Et constate que le prévenu, né en 1948, est porteur d’une arme équipée d’une lunette mais aussi d’une lampe torche. De quoi penser que Jean chasse la nuit et utilise la torche pour attirer le gibier dans le champ de son arme. Le port de l’arme, ainsi équipée, étant reconnu, le substitut Herbay requiert sa confiscation et une amende de 800 euros.

Le conseil de Jean plaide la bonne foi de son client. "S’il avait conscience de son infraction, il aurait eu tout le loisir de cacher le matériel litigieux avant l’arrivée de la police. Mais il ne l’a pas fait. Il utilise la torche pour mieux distinguer les animaux en fin de journée et pour mieux voir quand il se déplace. Il n’est pas un braconnier." La suspension simple du prononcé de la condamnation est plaidée. L’avocat demande également à ce que l’arme ne soit pas confisquée, celle-ci ayant une valeur sentimentale aux yeux de son client. Jugement le 13 juin