Le 30 décembre 2017, un incendie a fait d’importants dégâts dans un logement social du Foyer cinacien à Hamois. Il n’avait pas fait de blessé et ne s’était par ailleurs pas propagé à la maison voisine, pourtant mitoyenne. Selon les constatations de l’expert incendie envoyé sur place, l’origine était volontaire. Le feu a été bouté volontairement à trois endroits d’un fauteuil.

Ce mardi matin, l’homme à l’origine de l’incendie a comparu devant le tribunal correctionnel de Dinant. Trois ans de prison ont été requis à son encontre. "Ma compagne, mes quatre enfants et moi avions dû déménager. On nous a placé dans une cité avec des gens peu commodes. À plusieurs reprises, j’ai eu les vitres de ma voiture brisées et la carrosserie griffée. J’ai appelé la police mais j’en suis finalement venu à commettre les faits pour protéger mes enfants", a expliqué le prévenu. Selon son avocate, ses enfants étaient harcelés par les autres enfants du quartier. "L’un de ses fils était obligé de se mettre à genoux, les mains en l’air, pendant que les autres le pointaient avec un pistolet en plastique."

Dans ce contexte et dans une période conjugale compliquée, le prévenu a pété les plombs. "Il a mis le feu au fauteuil pour accélérer son déménagement", a expliqué la défense qui a plaidé le sursis probatoire. Jugement le 20 octobre.

S.M