Dinant - Ciney Les incendies qui ont été commis il y a plusieurs semaines font encore parler d’eux.

L’auteur présumé des sept incendies volontaires de fermes, haies et voitures commis à Onhaye entre le 16 et le 19 avril serait-il victime d’un complot ? C’est en tout cas la thèse que ce jeune homme de 19 ans, qui passera devant la chambre du conseil fin du mois, défend. Comme l’a confirmé ce mardi matin son avocat, Me Gilles Gruslin. "Il y a effectivement plusieurs faits pour lesquels des questions se posent. Tout ça est en train d’être vérifié, notamment sur base de la téléphonie", explique son conseil.

Même s’ils remontent à plusieurs semaines, ces incendies font encore aujourd’hui parler d’eux dans la commune. Selon nos informations, le suspect dormait accompagné lors de l’incendie d’une étable. Pour l’incendie des haies, une voiture de marque Peugeot a été aperçue à deux reprises passant sur la route juste à côté du départ de feu. Son occupant, âgé d’une quarantaine d’années, chauve avec une barbe grise regardait avec insistance. Par ailleurs, lors de l’incendie des trois véhicules, un break bleu avec personne mince ayant une barbe aurait été aperçu entrain de regarder le feu. Selon certaines sources, il pourrait s’agir d’un policier en civil qui patrouillait.

Par ailleurs, l’auteur présumé des faits a été agressé il y a quelques mois alors qu’il se rendait à son travail. Il y a quelques semaines, alors qu’il était sous bracelet électronique et qu’il était seul pour une durée de plus ou moins 1h, les vitres de son appartement ont été brisées. Quelques jours plus tard, alors que le suspect était seul depuis cinq minutes car son père s’était absenté, un incendie s’est déclaré dans la cour de son habitation. "Selon la configuration des lieux, il est impossible, pour les experts, que cet incendie ai pu être mis par le suspect", nous explique une source proche du dossier.

Il y a 3 ans , le jeune homme a été suspecté d’incendies criminels dans les ateliers de la chocolaterie Darcis. Des faits qu’il conteste pour lesquels il comparaîtra prochainement devant le tribunal de la jeunesse de Namur. Ces deux affaires pourraient-elles être liées ? "Aucun lien ne les relie", affirme Me Gruslin. "Mais mon client n’a que 19 ans et n’a donc pas 50.000 ennemis. Quelqu’un veut en tout cas lui faire porter le chapeau."

S.M