Un père de famille vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Dinant à cinq ans de prison avec sursis probatoire, ce mercredi matin. Parmi les conditions : celles de ne plus entrer en contact avec sa femme et ses trois enfants et l’obligation de se domicilier à au moins 50km d’eux.

Le calvaire a commencé il y a 25 ans pour son épouse, avec qui il s’est marié en Turquie, leur pays d’origine. Ses trois enfants, aujourd’hui âgés entre 14 et 19 ans, ont aussi subi ses violences et ses pressions récurrentes. En Belgique, les faits ont commencé en 2006, année de leur arrivée. C’est une scène de septembre 2021 qui a mis fin à ce calvaire. Victime de coups, son épouse a trouvé refuge dans une station-service, pieds nus. Jusque-là, elle n’avait pas osé déposer la moindre plainte.

Pourtant, durant toutes ces années, le paternel se montrait régulièrement violent. Il ne laissait pas sortir sa femme seule. Sa place était, selon lui, "à la maison pour servir les hommes". Il lui tirait les cheveux, l’étranglait et lui portait des coups de poing plusieurs fois par mois. Les enfants qui tentaient de s’interposer étaient eux aussi victimes de violence. Deux ont même fait l’objet de menaces de mort. Il se moquait également d’eux, de leur physique ou de leurs capacités intellectuelles. Alors que lui… était au chômage. Accro au casino, il extorquait par ailleurs de l’argent à deux de ses trois enfants qui travaillaient comme étudiants.

Des faits comme ceux-ci, le prévenu en a commis des dizaines, voire des centaines. Avec le jugement prononcé ce mercredi, les victimes devraient davantage se sentir en sécurité.