Une rupture des négociations a eu lieu : "La suite s'annonce mouvementée"

Ce vendredi 29 novembre dans le cadre de l'avenir de Lhoist, représentants des travailleurs et direction se rencontraient dans le cadre de la phase 2 de la Loi Renault, les travailleurs avaient beaucoup d’espoir vu les promesses de la direction de respecter les travailleurs licenciés.

"Malheureusement il n’en est rien, la direction est venue avec une proposition scandaleuse", indique le front commun FGTB-CSC. "En plus d’un package de départ dérisoire, l’employeur en a rajouté une couche : la direction souhaite diminuer la représentativité des travailleurs au sein des organes de concertation à partir des prochaines élections sociales de mai 2020. Alors que les travailleurs attendent encore beaucoup de réponses, Lhoist allume un second incendie en affaiblissant la concertation sociale."

Les syndicats poursuivent : "Nous sommes très loin des promesses initiales : de la transparence et du respect. Les représentants des travailleurs regrettent que cette entreprise soi-disant familiale traite les travailleurs de cette manière. Avec plus d’un milliard cinq cents millions d’euros de réserve, la famille Berghmans pourrait pourtant délier un peu les cordons de la bourse. Cette famille semble oublier que la Belgique est à l’origine de sa croissance mondiale. Ce lundi 2 décembre, les représentants des travailleurs organiseront des assemblées du personnel afin de présenter cette proposition scandaleuse. La suite risque d’être mouvementée…"