La cour d’assises de Namur a poursuivi lundi le procès de Linda Weber, accusée d’avoir tué son mari Richard Piron de 7 balles le 1er mai 2019 dans leur domicile de la rue Taravisée à Sorinnes (Dinant).

L’après-midi de lundi a été consacrée à la présentation de leur travail par les enquêteurs. Richard Piron s’était procuré l’arme avec laquelle il a été tué, un revolver Rhom, modèle RG190, de calibre 22 afin de se protéger lorsqu’il livrait des véhicules d’occasion. Il s’agissait en fait d’un pistolet d’alarme, dans lequel Linda Weber a inséré 6 balles sur la trentaine de munitions que le couple détenait. Linda Weber avouera d’ailleurs qu’elle avait déjà tenté de se suicider avec l’arme du crime quelques années plus tôt, alors que le couple était en proie à de grandes difficultés financières et qu’il vivait avec ses deux enfants dans un chalet de Sorinnes. "J’ai voulu me tirer une balle dans la tête mais je me suis ratée et la balle s’est logée dans une poutre. Mon mari était dans la pièce à côté et il n’était pas content." En faisant cette déclaration, Linda Weber est entrée en contradiction avec les propos tenus dans le cadre de l’enquête. Elle avouait alors qu’elle avait eu l’arme en main pour la première fois au moment d’abattre son mari.

La présidente Jackers a invité Linda Weber à parler de ses tentatives de suicide à la cour. "C’était à cause de la situation que nous vivions, des problèmes de violence et de l’attitude de Richard Piron à mon égard. J’ai essayé 2 fois de me tuer en avalant des médicaments, une fois avec la voiture et une dernière fois avec cette arme."

En 2003, plusieurs armes avaient par ailleurs été confisquées à Richard Piron, après que sa femme aie appelé la police pour un différend conjugal quand le couple habitait à Evelette (Ohey). Par la suite, Richard Piron a été condamné à une peine de 4 mois assortie d’un sursis de 3 ans pour des coups et blessures volontaires en dehors de la sphère familiale.

Le procès de Linda Weber se poursuivra mardi avec, notamment, les experts légistes et en balistique et des auditions de témoins.