Mini-Europe, Europea et Brussels Expo ont signé un accord, la semaine dernière, prolongeant l’exploitation de Mini-Europe jusqu’à son intégration au sein du projet Neo-Europea. Sauf accident, l'attraction touristique va pouvoir rester une trentaine d’années sur le plateau du Heysel et rouvrira ses portes ce lundi 29 mars, si les mesures Covid le permettent à ce moment-là. Mini-Europe ne viendra donc pas s'installer sur les hauteurs de Dinant, sur le plateau de Mont-Fat, qui était l'une des possibilités. « C'est une déception, je ne vais pas dire le contraire », dit le bourgmestre de Dinant Axel Tixhon. « Au départ, faire venir Mini-Europe chez nous ne nous semblait pas très réaliste mais après de multiples réunions, et en sachant que Dinant était le dernier choix possible en Wallonie, ça devenait de plus en plus possible. On a d'ailleurs bouclé 2020 par une réunion fixant les devoirs de chacun pour une éventuelle mise en action de sa venue. On était toutefois au courant qu'on dépendait de la décision de Bruxelles et que si Mini-Europe avait la possibilité d'y rester, c'était la meilleure solution. A Dinant, l'attraction n'aurait pas pu ouvrir avant trois ans. Cela veut dire des dépenses et aucune rentrée durant ces années pour eux. »

Les autorités communales ont tout de même constaté grâce à cet intérêt qu'un projet avec un partenaire touristique serait idéal pour le plateau de Mont-Fat.