La zone de police Condroz Famenne met en garde : on observe depuis le début du mois d’octobre à une hausse des vols d’objets religieux. "On note 2 faits sur le territoire de la zone Condroz-Famenne et 7 faits sur le territoire de la province de Namur. En ce qui nous concerne, ils ont eu lieu à Leignon et Natoye. On a dérobé des calices, patènes, burettes, plateaux, ciboires ou ostensoirs. Je ne parle pas d’une épidémie de vols mais je veux mettre en garde ceux qui sont concernés", explique le chef de corps Jean-Pierre Descy. Ces faits récents ont amené certains à en révéler d’autres, comme cette potale qui a été vandalisée et où une vierge a été dérobée en avril dernier, rue Notre Dame.

Le chef de corps poursuit : "On rappellera la prudence à adopter vis-à-vis de tout objet de valeur de cette nature avec un maître mot à répéter : répertorier. Communes, fabriques d’églises, diocèses, provinces et autres instances ont la gestion de lieux et d’objets de culte. L’Institut Royal du patrimoine Artistique (IRPA) à Bruxelles a réalisé par le passé un large inventaire du patrimoine des églises paroissiales et cathédrales. Cet inventaire (actualisé ponctuellement en fonction des priorités) est accessible en ligne et peut aider les fabriques d’église à gérer leur patrimoine. Au niveau du diocèse, Le Centre interdiocésain du patrimoine et des arts religieux (CIPAR) est la coupole des services diocésains du patrimoine. Ce service nous confirme également être un relais utile dans la réflexion via une analyse de risques, en la personne de Hélène Cembier, joignable au 498/71 03 16 et Charles Melebeck, joignable au 0472/25 56 63."

Ces recensements et partenariats peuvent contribuer à freiner les recels et les reventes. Au niveau de la police intégrée des démarches similaires sont effectuées au niveau des services centraux de la police judiciaire fédérale. Entre une visibilité constante des objets d’art sécurisée ou pas, leur mise à l’abri des regards pour exposition à certaines occasions ou leur retrait, des choix parfois difficiles sont à faire pour les gestionnaires.

"On recommande à notre niveau policier de garder des éléments d’identification des objets s’il devait y avoir ultérieurement constat de vol. Une mise à disposition rapide et précise des caractéristiques des objets facilite l’enquête des services de police, déjà au niveau des mesures de signalement. Sécuriser une église, une chapelle ou une potale ne répond pas à la même approche sécuritaire, nous en sommes conscients. Aussi, les concertations entre divers gestionnaires et les partenaires comme l’IRPA ou le diocèse) s’impose pour analyser chaque site."

Pour que des faits puissent être traités judiciairement et que les suites appropriées puissent y être données, il est essentiel que les éléments pertinents soient directement rapportés aux services de police et non diffusés simplement par d’autres vecteurs tels que les réseaux sociaux. Il en est de même pour les agissements suspects observés à propos des lieux chargés d’histoire. Alertez la police sans délai (083/687 300 pour la zone de police Condroz-Famenne ou le 101 en dehors des heures de service) quand sont relevées des attitudes inhabituelles autour des églises, chapelles et autres édifices à caractère religieux.